• La Cité de Carcassone, vue des jardins
  • Cité de Carcassonne
  • Cité de Carcassonne...
  • La Cité de Carcassonne, dans l'Aude
  • Aude tourisme, Aude pays Cathares.
  • Canal du Midi, Aude Tourisme Cathare
  • Les remparts de la Cité de Carcassonne
  • place a la Cité de Carcassonne
  • Tourisme vert
  • Lac de St Ferreol, Canal du midi
  • Lac de Saint Ferreol
  • Wakeboard.
  • Tour Barbarousse de Gruissan
  • le canal du midi a Castenaudary
  • Tourisme dans le sud de la France.
  • Tourisme dans le sud de la France
  • Maison à Colombage a Lagrasse
  • Croisiere sur le Canal du Midi

CARCASSONNE, La ville aux deux sites classés au Patrimoine Mondial

La forteresse médiévale de Carcassonne, classée grand site touristique en Occitanie, ville Mémoire, compte 2500 ans d’Histoire et a le privilège de posséder deux monuments inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO : le Canal du Midi classé en 1996 et la Cité Médiévale en 1997.

La CITE MEDIEVALE d'Occitanie et du sud de la France

Située sur la rive droite de l’Aude, la Cité Médiévale est une ville fortifiée avec son châteaux comtal, unique en Europe, de par sa taille et son état de conservation. Son histoire est marquée par 2500 ans de conquête et par l’empreinte du Catharisme et des croisades.

Le Canal du Midi des deux mers

Une Œuvre incontournable de Pierre Paul Riquet, réalisée au XVIIème siècle pour relier l’Atlantique à la Méditerranée, le Canal du Midi, autrefois utilisé pour le transport de marchandises et de personnes, est aujourd’hui fréquenté par de nombreux plaisanciers et touristes du monde

Canal du Midi, Aude tourisme

Ecluse du Canal du Midi.

Châteaux campés entre Aude et Ariège prétendant au sacre de l’Unesco. De la Cité de Carcassonne au Peyrepertuse, Puilaurens, château d’Aguilar en passant par ceux de Lastours, Montségur, ou encore Quéribus, tous ont en commun une beauté imparable et une histoire exceptionnelle qui leur donnent une valeur universelle évidente que l'on appelle les citadelles du vertige.

Ligne de défense

A l’issue de la croisade contre les Albigeois, le roi entend bien asseoir son pouvoir sur un territoire nouvellement conquis. Pour y arriver, est érigée en quelques décennies une série de sites défensifs dominant les vallées, épousant les reliefs accidentés. Leur mission est multiple. Eléments de défense face à la puissante couronne d’Aragon, ils surveillent la nouvelle frontière issue du traité de Corbeil signé en 1258.

Chef de file: Carcassonne

Vaisseau amiral de cet arsenal défensif, la Cité de Carcassonne Occitane avec ces 52 tours, deux enceintes, 3 km de remparts et plus de 1200 meurtrières… elle domine l’Aude, témoignant de 1000 ans d’architecture militaire et de 2500 ans d’histoire. Occupé depuis le VIème siècle avant JC, le site vit s’édifier un château comtal au XIIème siècle. A chaque époque, ses remaniements. Si Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel, modernisèrent ses fortifications, c’est à Violet-le-Duc, qu’une restauration d’envergure est confiée en 1853. Imposante place forte, la cité a garanti la frontière entre la France et l’Aragon jusqu’au Traité des Pyrénées en 1659.

Le grand Carcassonne et les citadelles du vertige, en Occitanie, Quéribus, Peyrepertuse, Montségur et les autres Véritables nids d’aigle, les châteaux offrent aujourd’hui leurs murs éventrés, leurs cours battues par les vents et leurs enceintes concentriques, aux pas des promeneurs épris de solitude et de vues à 360 °. Postes de guets parfaits pour surveiller les Corbières et la plaine du Roussillon, ces citadelles sont considérées contrairement aux châteaux des seigneurs locaux, comme des places isolées et difficiles d’accès abritant uniquement des garnisons. Certains connurent des histoires plus ou moins douloureuses. Montségur en est un exemple. Culminant à 1207 m, il abrita une communauté cathare qui résista pendant dix mois aux armées royales avant d’être détruit pour être reconstruit. Son allure actuelle incarne à elle seule le retour de l’autorité orthodoxe sur le pog de Montségur.

Cité de Carcassonne...

Cité de Carcassonne

Le canal du Midi, 

Appelé aussi canal des Deux-Mers car il relie la mer Méditerranée à l'océan Atlantique, est une voie fluviale classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1996. À l'origine, en 1681, le canal ne passe pas à Carcassonne et se trouve à plus de deux kilomètres de la cité à cause d'un désaccord de négociation entre Pierre-Paul Riquet, qui réclamait aux consuls de Carcassonne une aide financière de 100 000 livres pour faire passer le canal dans la ville. Cette erreur des dirigeants de la ville eut un impact sur l'économie de cette dernière, puisque le trafic fluvial ne s'y arrêtait pas, et Carcassonne ne s'épanouit pas autant que Castelnaudary. Un nouveau tracé est alors proposé pour détourner le canal dans la ville et pour construire un port fluvial. En 1810, le canal du Midi passe définitivement par Carcassonne. La ville possède désormais un axe majeur de navigation fluvial .

L'arrivée du canal du Midi est générateur de nombreuses transformations urbaines dans la ville basse. Les fossés entourant les remparts de la bastide sont comblés afin de construire des grands boulevards. En 1812, un grand projet permet d'urbaniser la partie située entre le canal et la bastide. Des logements sont construits ainsi que des bâtiments pour le fonctionnement du canal durant les années qui suivirent.

Canal du Midi, ile aux oiseaux,port de Bram

Histoire du château Comtal de la cité de Carcassonne

Le château comtal est adossé à l'enceinte intérieure ouest à l'endroit où la pente est la plus raide. Il possède un plan en forme de parallélogramme allongé du nord au sud et est percé de deux issues à l'ouest du côté de la porte de l'Aude et à l'est du côté intérieur de la Cité. Il a été construit en deux temps.

Sa construction est lancée par Bernard Aton IV Trenavel durant l'époque romane aux alentours de 1130 pour remplacer un château primitif probablement situé à l'emplacement de la porte Narbonnaise. Le château est constitué de deux corps de bâtiment en L dominés par une tour de guet, la tour Pinte. Au nord se trouve une chapelle castrale dédiée à la Vierge Marie dont il reste aujourd'hui que l'abside. Seule une palissade séparait le château du reste de la Cité.

Durant l'époque royale, entre 1228 et 1239, le château est complètement remanié devenant une forteresse à l'intérieur de la Cité. Une barbacane comportant un chemin de ronde et un parapet crénelé barre l'entrée du château juste avant le fossé qui l'entoure complètement jusqu'à l'enceinte intérieure. La porte d'entrée du château encadrée par deux tours est constituée d'un mâchicoulis, d'une herse et de vantaux. Le pont d'entrée est composé d'une partie en pont dormant, suivi d'une partie comportant un pont basculant et un pont-levis actionné par des contrepoids près de la herse de la porte d'entrée. Les murailles remplacent la palissade originelle et entourent complètement les bâtiments. Un système de hourds reposait sur l'enceinte telle que l'a reconstitué Viollet-le-Duc.

Le château et son enceinte comportent 9 tours dont deux sont d'époque wisigothe : la tour de la chapelle et la tour Pinte. La tour Pinte est une tour de guet carrée, la plus haute de la Cité. Toutes les autres tours ont des dispositions intérieures et extérieures identiques, car construites en même temps aux xiie siècle100. Ces tours sont constituées de trois étages et d'un rez-de-chaussée. Le rez-de-chaussée et le premier étage comportent un plafond voûté tandis que les étages supérieurs sont dotés de simples planchers. La communication entre les étages se fait par le biais des trous servant de porte-voix dans les voûtes et les planchers. Des hourds reconstitués par Viollet-le-Duc ornaient vraisemblablement l'enceinte et les tours comme le montre la reconstitution actuelle.

L'accès du château mène à une cour rectangulaire entourée de bâtiments remaniés de nombreuses fois entre le cuisines et permet d'accéder à une seconde cour. Elle contenait un bâtiment aujourd'hui détruit, mais où sont encore visibles les emplacements des poutres du plancher du premier étage ainsi que plusieurs fenêtres. C'est aussi dans cette cour que se trouve la tour Pinte.

Vacance sur le canal du Midi

A proximité de la Cité Médiévale, le lac de la Cavayère et un complexe de loisirs Raymond Chésa s'étendent sur 40 hectares en milieu naturel, qui abritent une végétation généreuse de type méditerranéen. Lieu de promenade et de détente, vous trouverez des aires aménagées pour un pique-nique, des pédalos, un mini golf, des jeux gonflables aquatiques, téléski nautique, paddle, plusieurs terrains de beach-volley ainsi qu'un parc acrobatique forestier. Pour les plus sportifs, le chemin de halage du canal du midi de Carcassonne, est emménagé en voie verte, pour le VTT, le vélo route ou pour faire des  randonnée a pied.

Lac de la Cavayére

La basilique Saint-Nazaire

La Basilique Saint Nazaire, est une église d'origine romane datant du Urbain II en 1096. Sur son emplacement se trouvait une cathédrale carolingienne dont il ne reste aucune trace aujourd'hui. La crypte date aussi de l'époque de la construction de la nouvelle cathédrale par la famille Trencavel, malgré son état dégradé qui fait penser le contraire. Les vitraux originaux de la basilique se trouvent dans la Sainte-Chapelle à Paris.

La cathédrale est construite en grès à l'extérieur. Elle est agrandie entre 1269 et 1330 dans le style gothique imposé par les Français devenus maîtres de la région, avec un transept et un chœur très élancés, un décor de sculptures et un ensemble de vitraux qui comptent parmi les plus beaux du sud de la France. Un prélat bâtisseur, Pierre de Rochefort, est à l'origine financière d'une grande partie des décors et de l'achèvement des voûtes. Ses armoiries sont visibles dans le chœur, l'abside et le bras sud du transept, tandis que la chapelle du collatéral nord contient le monument commémoratif de la mort du contributeur. Un autre personnage, Pierre Rodier, archevêque de Carcassonne, possède son blason dans la chapelle du collatéral sud.

La basilique Saint-Nazaire est classée au titre des monuments historiques par la liste de 1840. Les rénovations d'Eugène Viollet le-Duc ont largement transformé son extérieur, mais l'intérieur est le plus remarquable. On observe alors les deux styles, gothique et roman, sur les vitraux, les sculptures et tous les décors de l'église. De nombreux vitraux des XVIIIe siècle, la cathédrale Saint-Nazaire demeure pourtant le principal centre religieux de Carcassonne. À la fin de l'Ancien Régime, le chapitre cathédral entretient même un petit corps de musique comptant un organiste, un maître de musique et au moins cinq enfants de chœur. En 1790, cependant, la chapitre est supprimé. Ce n'est qu'en 1801 que l'église est déchue de son rang de cathédrale de Carcassonne au profit de l'église Saint-Michel, située dans la bastide à l'extérieur de la Cité. Ce transfert se déroule dans un contexte de changements avec l'abandon de la cité et l'expansion de la ville basse. Elle devient basilique en 1898, par un bref du pape Léon XIII.

Une communauté de chanoines vivait à proximité de la cathédrale avec une salle capitulaire et le dortoir à l'est, le réfectoire et les cuisines au sud et les caves et écuries à l'ouest. Mais l'ensemble des bâtiments est démoli en 1792.

La Cité de Carcassone, vue des jardins

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux ou à l’envoyer à vos amis